Hommage à

Michel HAAG

Michel HAAG nous a quittés le 03 mai 2021 à Paris. Quelle tristesse !

Psychiatre et psychanalyste, Michel  HAAG  n’avait cessé  de transmettre fidèlement l’enseignement de la méthode d’observation des bébés d’Esther Bick. Au début des années 80, Il se rendait avec son épouse Geneviève, Annick Maufras Duchatellier et Cléo Athanassiou à Londres, chez Esther Bick, pour la supervision de leurs observations. C’est grâce à eux que la méthode fut introduite en France.

Soucieux et à la fois fidèle à l’enseignement  d’Esther Bick, Il avait  rédigé en 2009, une « Proposition pour que tous ceux qui enseignent la méthode d’observation inventée par Esther Bick aient une position commune », un manifeste dans lequel il insiste sur les deux règles majeures données par Esther Bick à l’observateur : celle de la « tabula rasa », et celle de « n’être là que pour que la situation se déverse en vous » et les indications concernant les trois étapes de la méthode, après avoir constaté des « divergences » chez certains formateurs . Ainsi, il avait appelé « tous les formateurs se réclamant du nom d’Esther Bick » à « se retrouver dans une position commune qui allierait deux qualités : liberté et clarté ». Or, ces deux qualités chères à Michel Haag, nous  font penser à sa liberté et à  sa clarté de pensées, de paroles et à ses prises de position mémorables .

PHOTO 1.jpg

Un soutien pour nous tous !

Michel HAAG  avait aussi rejoint l’AIDOBB, il y avait apporté ses connaissances  et avait contribué à la réalisation et à l’ organisation des projets de l’association.

Michel HAAG  était membre au GERPEN, Groupe d’Etudes et de Recherches Psychanalytiques pour le développement de l’Enfant et du Nourrisson et ce, dès ses début ; il était actif et présent jusqu’à la fin.

Il était aussi membre d’honneur à la CIPPA, Coordination Internationale entre Psychothérapeutes Psychanalystes et membres associés s’occupant de personnes Autistes, association  créée sous l’impulsion de son épouse Geneviève, qu’il avait soutenue, accompagnée et veillé sur son bien-être, défendant la psychanalyse et la cause des autistes.

Merci, Michel HAAG !

Michel Haag nous a laissés son livre, « La méthode d’Esther Bick pour l’observation régulière et prolongée du tout-petit au sein de sa famille », son œuvre majeure à laquelle il avait consacré une grande partie de sa vie, rassemblant son observation très détaillée  du bébé Jeanne, supervisée alors par « Misses » BICK, comme il aimait  la nommer, tendrement et avec  admiration. Il  avait également traduit  les écrits d’Esther Bick. C’est une référence inépuisable et de grande beauté pour les formateurs et les observateurs, « à propos et à partir de l’oeuvre et de la personne d’Esther Bick ».

Homme passionné, intègre, fidèle et bienveillant, militant écologique avant l’heure, son souvenir reste bien vivant en nous.

                                                Merci Michel HAAG.

 

                                                Radhia BEN YOUSSEF

MICHEL HAAG LIVRE.jpg